128 exposants accueillent des visiteurs enthousiastes lors de l’Aquarama Trade Fair

Si la participation au salon Aquarama peut être considérée comme un « baromètre » fiable, le marché belge de la technologie de l'eau a plus que jamais le vent en poupe. Un nombre record d’exposants et de visiteurs ont afflué le jeudi 25 octobre au Brabanthal de Louvain pour y participer à la « grand’messe de la technologie de l’eau », déclare Stijn Verfaillie, de Bio-Dynamics. Nous avons dès lors vu bien des visages heureux, qui faisaient un bilan positif de cet événement d’un jour très fréquenté. Il y avait aussi beaucoup d’intérêt pour les organisations watercircle.be-VMx, Vlario et AquaFlanders, les fidèles partenaires d’Aquarama.

Depuis des années, le stand de CGK se trouve à son endroit habituel du salon. La participation à cet événement est dès lors pour Geert Denutte une obligation absolue. « C’est pour nous le salon relationnel par excellence, entièrement tourné vers notre groupe cible. Nous participons régulièrement aussi à d’autres événements, tels que Pollutec Lyon, et l’an prochain à Aqua Nederland à Gorinchem. Ce dernier, dans le but d’agrandir notre rayon d’action auprès de nos voisins du nord. Mais c’est toujours une évidence manifeste pour nous d’être présents ici. Nous y renouvelons des contacts avec notre réseau et nous en glanons encore à chaque fois des projets, soit directement soit indirectement. Vous voyez ainsi qu’un salon ne doit pas être forcément grand pour être intéressant pour les participants et les exposants. Il s’agit surtout de parvenir à toucher les bonnes personnes. Et c’est une mission que nous réussissons ici sans aucun doute. »

« Le marché est assez grand pour tous »

Tout comme l’an passé, Tom Serru a signé présent à Ikologik. « C’est ce que le langage populaire appelle un club fermé, où tout le monde connaît tout le monde : vous rencontrez ici vos clients et vos fournisseurs, mais aussi de nouvelles personnes qui, à terme, sont susceptibles d’entrer en relation avec votre entreprise. En outre, vous pouvez vous y faire une bonne idée de ce à quoi sont occupées les autres entreprises du secteur. Cela n’a pas d’importance si d’autres concurrents sont également présents ; en principe, le marché est suffisamment grand pour tous. Nous nous complétons mutuellement d’une certaine manière. Grâce aussi à cet événement, nous avons également le sentiment que le marché nous connaît de mieux en mieux, alors que nous sommes encore une entreprise relativement jeune. Ceci est certainement un plus, tout comme les stands modulaires, grâce auxquels une petite entreprise a autant de chances que des sociétés établies. »

« Ne pas être là n’est pas une option »

Ce sont des temps chargés pour l’équipe de Bio-Dynamics. Malgré tout, le gérant Thomas Van Damme et le directeur commercial Stijn Verfaillie insistent pour présenter chaque année leur entreprise au salon Aquarama Trade Fair. « Nous sommes un fournisseur direct de nombreuses entreprises belges spécialisées dans la bière, les frites et les légumes surgelés. Ces marchés sont en plein boom, comme jamais auparavant », déclare Stijn Verfaillie. « En outre, nous tournons également à plein en France. Toutes nos équipes sont constamment sur la brèche. Bien que nous n’ayons certainement pas de temps à perdre, nous tenons à être présents ici chaque année. Cet événement est la grand’messe de la technologie de l’eau en Belgique. La réception à l’issue du salon est au moins aussi importante que les heures d’ouverture du salon en soi : c’est là que l’on plante les graines des futurs projets. »

Deuxième établissement

Bien qu’Erik De Doncker, d’EDO Pumps, transmette progressivement le flambeau de son entreprise à son fils Adriaan, il reste un visage habituel à l’Aquarama Trade Fair. « Nous sommes ici chaque année, et cela ne changera pas à l’avenir. En outre, nous ouvrons de plus en plus énergiquement la porte du marché français. Notre participation à Pollutec Lyon, sur le stand partagé de Flanders Investment & Trade, cadre avec cette ambition. Nous constatons nous aussi que les choses vont très bien, même s’il est encore difficile de recruter du personnel qualifié sur le plan technique. Du fait de notre expansion, nous allons ouvrir un bureau à Lummen, d’où nous pourrons couvrir le marché du Limbourg et de Wallonie », déclare Erik De Doncker, qui était venu présenter, entre autres, un nouveau flotteur agréé par Aquafin.

« Une ambiance agréable »

Jean-Paul Jackers, de Bowi Pumps, a le cœur sur la main. Il n’a pas hésité longtemps à participer pour la deuxième fois en tant qu’exposant. « C’est la combinaison d’un salon et d’un magazine qui rend intéressant de prendre ce train en marche. De plus, l'organisation est terminée, tout est très structuré et l'ambiance est détendue et agréable. Nous avons pu aménager notre stand en toute quiétude. Ce n’est pas le cas partout : d’autres organisateurs de salon sortent, façon de parler, le fouet lorsque vous n’êtes pas prêt à temps pour l’une ou l’autre raison. De plus, les petits problèmes sont résolus en un tournemain, sans créer de difficultés. Enfin et non des moindres, nous rencontrons ici aussi bien des concurrents que des clients, et nous apprenons toujours quelque chose de cela aussi. »

« Plus de visiteurs wallons »

Profitant d’un sandwich poulet curry, Theo Bollen, d’Eco-Vision, a constaté, lui aussi, que les choses allaient bien. « Nous profitons de ce salon pour contacter à nouveau nos relations existantes. Cela peut ainsi se faire en une seule journée et à des conditions financières avantageuses. Nous sommes des exposants de la première heure et nous avons vu évoluer cet événement avec le temps. Nous ne venons pas ici dans le but d’engranger de nouveaux projets, bien qu’ils soient toujours les bienvenus. En comparaison d’avant, le nombre de visiteurs wallons s’est bien accru. Comme nous sommes également présents sur ce marché, c’est une évolution positive. Notre carnet de commandes se porte déjà bien : entre aujourd'hui et mars, nous sommes actifs sur sept chantiers. Le marché de l’épuration de l’eau représente tout de même 80% de notre chiffre d'affaires. »

« Atteindre un autre public »

L’an dernier, Serge Rottiers, d’Ankersmid M&C, était venu au salon en tant que visiteur ; cette année il y est en tant qu’exposant. « Fidèles à la tradition, nous participons aussi à M+R et à Laborama, mais l’an passé j’ai constaté qu’il y avait ici peu de fournisseurs d’appareillages de mesure et de régulation. C’est pourquoi nous considérons qu’il s’agit d’une excellente occasion de toucher un autre public et d’adopter une approche différente. Nous sommes certes présents depuis plus longtemps sur le marché de l’eau, mais nous étions jusqu’à présent surtout le partenaire d’entreprises du secteur de la (pétro)chimie. Nous aimerions élargir notre groupe cible, et c’est pourquoi nous avons également voulu rendre notre stand attractif et dynamique. »

« Amorce de premiers contacts »

Bart Stulens est directeur régional des ventes chez Saint-Gobain. « Pour nous, c’est une occasion idéale de rencontrer tous les intervenants du marché de la technologie de l’eau, afin qu’ils puissent également découvrir les solutions intégrées que nous proposons. En outre, toutes les grosses sociétés des eaux sont également présentes. Elles ont toutes peu ou prou une division qui s’occupe de réseaux d’égouts. C’est pourquoi c’était aussi une bonne occasion de présenter notre nouveau couvercle en fonte. Ce salon est une façon idéale d’établir de premiers contacts et faire voir quelque chose aux gens. L’approfondissement de la question se fait dans une phase ultérieure. »

Par Bart Vancauwenberghe